bandeau

Rubrique

Revue
Histoire de l'établissement
Archives photos
Photos de groupe
Film château de Verneuil
Evènements

Histoire de l'établissement

Vous trouverez sur cette frise chronologique un certain nombre d'évènements qui ont marqué l'histoire de notre Etablissement. Pour obtenir plus d'informations sur une date ou un évènement précis, cliquez sur la frise.

 

 

Document sans nom

Création de l'Etablissement - 1929

L'histoire des Oiseaux commence le 13 septembre 1929, quand quelques religieuses de la Congrégation Notre-Dame, venues du Cours Saint-Germain à Paris ou du pensionnat des Oiseaux à Westgate en Angleterre, achètent le Château de verneuil pour y ouvrir une école et un pentionnat de jeunes filles.

Document sans nom

Ouverture du Cours Alix LECLERC - 1934

Il y avait à Verneuil, comme dans tous les villages une école publique, mais elle ne dépassait pas le niveau du certificat d'études. Au-delà, il fallait aller à Poissy ou à Saint-Germain. Pour répondre au besoin réel des habitants et éviter aux enfants des déplace­ments difficiles (les ramassages scolaires n'existaient pas et il y avait peu de trains), en octobre 1934, le Cours Alix ouvrait ses portes. Huit élèves pour débu­ter, mais ces effectifs montèrent vite. Externat et in­ternat restaient séparés. On a souvent voulu y voir une ségrégation de classe, mais il y avait surtout autre chose. Un internat avant-guerre ne ressemblait pas à celui de maintenant. Les élèves ne sortaient qu'à la Toussaint, à Noel, au Mardi-Gras, à Pâques et à la Pentecôte. Les dimanches se passaient au Pen­sionnat. Certes les familles pouvaient venir voir leurs filles, mail au parloir. Cela, impliquait un certain type de vie : il fallait offrir aux élèves sur place distrac­tions, possibilités de culture, équilibrer une vie entre travail et détente et il n'était guère facile pour cela de mêler internat et externat. Les horaires en parti­culier étaient trop différents. Les rapports existaient, mais ils étaient nécessairement réduits. Des activités pour les enfants et les jeunes filles du pays continuèrent à s'organiser. La Chapelle du Pensionnat servait chaque fois que l'église du pays se révélait trop petite, en particulier pour la Messe de Minuit.

Document sans nom

Construction de la Chapelle - 1934 - 1935

En 1933, on décide de prolonger les bâtiments nou­veaux (ils n'allaient que jusqu'à la descente vers le parc) et de construire une vraie chapelle. L'empla­cement est bien choisi, à la jonction des anciens com­muns et des constructions neuves... une espèce de cloître entourant la cour intérieure, alors plantée de marronniers. La Chapelle fut inaugurée le 6 juin 1935.

Dossier Complet Dossier complet : Chapelle des Oiseaux

 

 

Document sans nom

La Guerre 1939 - 1945

Début septembre, c'est la déclaration de la guerre et les premiers mois furent ce qu'on appela par la suite « la drôle de guerre ». La rentrée a lieu comme prévu, mais la maison accueille des élèves réfugiées d'un peu partout, de l'Est en particulier. On se serre au maximum pour tâcher de loger tout le monde : 200 élèves au Pensionnat. 95 au cours Alix sans comp­ter une création bien inattendue. Les familles avaient abrité leurs filles à Verneuil qu'on croyait moins ex­posé que les villes, mais que faire des garçons ? Les Mères hésitèrent à peine.
— « Une maison pour faire tout le bien qu'on pourra » disait autrefois la Fondatrice… On ouvrira donc une école pour les garçons : une cinquantaine de la 8e À la lere. Les mêmes professeurs que les filles mais à d'autres heures, et avec quel zèle ! Pendant un bombardement, les garçons étaient réfugiés dans le tunnel qui passait sous la route reliant le parc et le potager et, imperturbable, le professeur de mathéma­tiques continuait sa démonstration avec, une craie sur le mur !...

Guerre 1

La grande pelouse devenue champ de pommes de terre

Document sans nom

L'occupation - 1940

Dès le mois de Mai 1940, ce ne fut plus "la drôle de Guerre", les familles avec leurs enfants prenaient la route de l'Exode. Le château lui-même accueillait tous les réfugiés, grilles ouvertes en permanence.

En juillet 1940, les soldats Allemands occupent le château. Les soeurs ainsi que les élèves avaient interdiction formelle d'y pénétrer. Durant la guerre, la vie des internes a été difficile : dès la rentrée, les pensionnaires ont dû s'installer dans les chambres des soeurs. Pas d'eau courante ! pas de chauffage ! pas grand-chose à manger... les soeurs partagaient même leurs tiquets de rationnement. Pour chauffer l'internat et le château, les soeurs devaient faire la corvée de bois dans le parc.

Corvée de Bois

Document sans nom

Libération de Verneuil - 1944

Verneuil a été libéré en en août 1944 par les Américains, et les cours ont repris normalement à la rentrée suivante.

Après la guerre, il a fallu réapprendre à vivre ensemble. Il y avait des orphelines, des filles de disparus, de déportés, de collabos, de résistants !
Soeur Marie-Noëlle Monteil a eu des intuitions fulgurantes et a très vite ramené la paix dans les âmes, les coeurs et les esprits.

Libération Verneuil 1944

Document sans nom

L'après-guerre - 1945

Le cauchemar de la guerre et de l'occupation se termina, les séquelles subsistaient. Le monde avait changé et du creuset de l'épreuve et de la souffrance, des ruines accumulées, une tout autre société naissait ; on ne s'en rendait pas compte sur l'instant... mais plus rien ne serait comme avant.

Le Pensionnat, le Cours Alix LECLERC rouvraient leurs portes comme d'habitude, mais une des Sœurs de Verneuil, Mère Marie-Noël, avait l'intuition qu'à temps nouveau, il fallait des formes d'éducation nou­velles. Elle entama une expérience de grande enver­gure, expérience hardie, controversée, risquée parfois, passionnante toujours où religieuses, laïques et élèves ont engagé sans compter le meilleur d'elles-mêmes, dans un esprit d'équipe qui décuplait les énergies. D'abord, on réunit Pensionnat au Cours Alix. Ensuite, pour supprimer le caractère nécessairement artificiel d'un internat, les élèves furent groupées en équipes, d'une dizaine d'enfants d'âges différents, une aînée assurant le rôle de « mère de famille ». Le jeudi, les élèves allaient dans le village offrir leur aide : garde d'enfants, repassage... (les aides familiales rémuné­rées n'existaient pas alors), travail à la ferme, visite aux personnes âgées, etc.. Des liens se sont noués entre élèves et familles visitées et ont duré bien au-delà des scolarités.

Révolution aussi sur le plan de l'instruction. Pas question de changer les programmes, mais les maniè­res d'enseigner, « d'apprendre à apprendre ». Beau­coup moins de cours, mais des heures de permanences. Une pièce, était réservée à chaque matière. Là, cha­cune était sûre de trouver un professeur, le sien ou un autre capable de l’aider et de la guider dans son travail. Dans un cadre de ce genre l'enseignant tenait sa vraie place, pas seulement transmettre un savoir, mais aider des êtres à devenir eux-mêmes, l'élève était amenée à se prendre en charge sur tous les plans : éducation, instruction, vie de groupe et vie person­nelle. Mère Marie-Noël qui était à l'origine de ce mouvement dut s'arrêter et on crut un moment que les choses allaient tourner court.

Document sans nom

Après la Guerre - 1946

Les demandes d’inscription se font plus nombreuses. L’urbanisation progressive de la banlieue ouest de Paris amène un nombre plus important d’externes et de demi-pensionnaires. Pour faire face à ces situations nouvelles, Notre-Dame de Verneuil est amenée à un effort constant d’adaptation tandis que le nombre croissant d’élèves oblige périodiquement à de nouvelles constructions. Parallèlement on aménage au maximum les locaux existants et on utilise comme classes les salles réservées autrefois pour les parloirs ou la Communauté, les greniers, les sous-sol habitables…

Document sans nom

Un nouveau souffle : 1955 - 1960

Mère Marie-Tharcisius allait alors prendre la di­rection de l'Ecole. Très hardie dans ses idées, mais très classique dans ses méthodes, elle avait le talent d'animer une équipe. Toute la partie permanence-cours subsista. Des activités au dehors furent main­tenues, mais dans des proportions moindres et toute une vie d'internat s'organisa. Le théâtre y jouait un rôle important, les élèves montèrent l'Antigone de Sophocle, le Jeu d'Adam et Eve, le Dialogue des Car­mélites, l'Annonce faite à Marie, etc.. Bref une grande création chaque année qui mobilisait plus ou moins toute la maison. La journée des malades (celle où les élèves recevaient handicapés ou malades ne quittant pas l'hôpital) prit un éclat particulier. Les voyages à Rome organisés un an sur deux pour les 1ères et les Terminales représentaient aussi un temps fort de la vie scolaire et le couronnement d'une longue préparation.

Formation exigeante sur le plan intellectuel, plus encore sur la formation de la pensée que sur le sa­voir, qualité des rapports humains et surtout volonté bien arrêtée de ne jamais sacrifier l'être au paraître.

 

Document sans nom

L'année des contrats - 1960

L'année des contrats !... Difficile problème de conscience à résoudre. Certes c'était la vie matérielle amé­liorée pour l'école, et les familles d'élèves, mais c'était aussi renoncer à des innovations pédagogiques, en se conformant aux horaires et aux méthodes de l'ensei­gnement officiel. Garder le caractère propre de l'Ecole était essentiel. Ce « mariage de raison » se révéla pourtant bénéfique à beaucoup d'égards. D'abord parce qu'il permit à la maison un développement et une ouverture plus amples, un éventail plus large, tant dans le recrutement des élèves que des professeurs.

A partir de 1960, les contrats passés avec l'Etat qui allègent les charges de l'Etablissement (même si les fonds alloués ne peuvent servir à financer des constructions neuves) facilitent une extension progressive. Il sera dès lors possible de donner aux élèves l'horaire maximum pour le sport, l'éducation physique, les disciplines artistiques et manuelles, de créer des classes pour accueillir des jeunes en difficultés : classes de transition, puis 5ème et 6ème MAN, enseignemement spécialisé..., d'offrir un plus grand choix d'options, enfin de créer des sections nouvelles.

Année des contrats 1960

Document sans nom

Construction de l'"Externat" - 1964

En 1964 le bâtiment de l'externat, aujourd'hui appelé bâtiment "Tocqueville" est construit pour abriter toutes les classes du secondaire. Il comporte de beaux laboratoires ainsi que plusieurs salles de Bibliothèques et de Documentation.

Dossier Complet Dossier complet : Bâtiment Tocqueville

 

Document sans nom

Construction de l'accueil Château - 1966

Le bâtiment qui accueille aujourd'hui l'accueil, le standard et l'infirmerie a été construit en 1966. Il est directement relié à l'entrée du Château.

Accueil Château

Document sans nom

Mai 1968

L'école aussi est touchée par la crise de Mai 1968. Il n'y a pas de professeurs pour faire cours, plus de pensionnaires et surtout pas de Baccalauréat.

Document sans nom

Construction pavillon maternelles - 1969

En 1969 on construit un pavillon très fonctionnel pour les classes maternelles (185 enfants de 3 à 5 ans). Il sera détruit en 2002 pour laisser place au bâtiment des maternelles que nous connaissons aujourd'hui.

Document sans nom

Préfabriqué Collège (Externat) - 1970

En 1970, un préfabriqué est ajouté à l'Externat (Collège actuel) pour les classes de Sixièmes et Cinquièmes. On y prévoit des salles réservées à l'enseignement audio-visuel des langues vivantes, aux travaux manuels et à la gymnastiques.

Le préfabriqué du Collège va disparaître à l'été 2013.

Préfabriqué Collège

Document sans nom

Construction du grand gymnase - 1972

Grand gymnase

Document sans nom

Prolongation du bâtiment réservé aux Sixièmes-Cinquièmes - 1973

 

Document sans nom

Audio-visuel au Château

En 1978, un étage du Château est aménagé pour l'audio-visuel. Il sera utilisé jusqu'en 2009.

Notre-Dame International High School occupe désormais les lieux !

Salle audio/visuel chateau

Document sans nom

Aménagement du RDC du Château - 1979

En 1979, le rez-de-chaussée du Château est aménagé pour accueillir des ateliers de musique, dessin, Education manuelle et technique, Coupe, Couture, Cuisine. Après avoir accueilli les CDI dans les années 90, le rez-de-chaussée et une partie du premier étage du château sont occupés aujourd'hui par la Direction, les Services Administratifs & Financiers ainsi que par le secrétariat.

Document sans nom

Ouverture du Lycée Technique - 1980

Document sans nom

Mixité à Notre-Dame "Les Oiseaux" - 1983

En 1983 Notre-Dame "Les Oiseaux" de Verneuil devient une école mixte.

Document sans nom

Rattachement à Verneuil du Collège Notre-Dame de Triel - 1984

En 1984 les classes du Collège Notre-Dame de Triel sont transférées à Notre-Dame "Les Oiseaux"

Document sans nom

Défense de l'enseignement privé - 1984

Manifestation Défense de l'Enseignement privé

Document sans nom
Construction du collège - 1987
     
Un bâtiment nouveau est sorti de terre à l'automne... il sera achevé à la fin de l’année scolaire. Elèves et Profes­seurs attendent avec impatience qu'il soit utilisable. D'ici la II faut se serrer... faire des prodiges d'ingéniosité pour arriver à caser tout le monde.
Construire... Notre-Dame de Verneuil y a été continuel­lement acculée depuis 20 ans. Le parc est grand heureu­sement et des locaux nouveaux ont pu pousser comme des champignons pour faire face aux besoins nouveaux.. et à un accroissement continuel des effec­tifs.
Construire : c'est cela... C'est aussi autre chose... et c'est ce que voudrait expliquer le présent numéro de notre revue.
C'est construire une communauté éducative, au service des élèves, en respectant les spécificités des fonctions, les diversités des personnes et des caractères, tous unis dans un but commun. C'est une œuvre de longue haleine, qui se fait au jour le jour et qui est sans cesse à refaire ou à parfaire.
C'est aussi construire une communauté enseignants-élèves et écoles-parents.
Enfin, et c'est le plus important et ce à quoi tout est ordonné, c'est aider des enfants et des jeunes à se cons­truire eux-mêmes pour comprendre le monde dans lequel ils vont avoir à vivre, y trouver leur place et contribuer, pour leur part, à ce qu'il soit plus humain, plus vivable... « Meilleur »
  Construction collège

Un bâtiment nouveau est sorti de terre à l'automne... il sera achevé à la fin de l’année scolaire. Elèves et Profes­seurs attendent avec impatience qu'il soit utilisable. D'ici la II faut se serrer... faire des prodiges d'ingéniosité pour arriver à caser tout le monde.
Construire... Notre-Dame de Verneuil y a été continuel­lement acculée depuis 20 ans. Le parc est grand heureu­sement et des locaux nouveaux ont pu pousser comme des champignons pour faire face aux besoins nouveaux.. et à un accroissement continuel des effec­tifs.
Construire : c'est cela... C'est aussi autre chose... et c'est ce que voudrait expliquer le présent numéro de notre revue.
C'est construire une communauté éducative, au service des élèves, en respectant les spécificités des fonctions, les diversités des personnes et des caractères, tous unis dans un but commun. C'est une œuvre de longue haleine, qui se fait au jour le jour et qui est sans cesse à refaire ou à parfaire.
C'est aussi construire une communauté enseignants-élèves et écoles-parents.
Enfin, et c'est le plus important et ce à quoi tout est ordonné, c'est aider des enfants et des jeunes à se cons­truire eux-mêmes pour comprendre le monde dans lequel ils vont avoir à vivre, y trouver leur place et contribuer, pour leur part, à ce qu'il soit plus humain, plus vivable... « Meilleur »

On connaît la vieille anecdote des ouvriers bâtisseurs de cathédrales à qui l'on demandait ce qu'ils faisaient. L'un répondit : «Je transporte des pierres.* ; un autre : «Je construis un mur.» ; le troisième : «Je bâtis la cathé­drale » Transposons. Notre-Dame de Verneuil transporte des pierres, au propre et au figuré, le plus intelligemment possible : elle construit des murs, c'est l'enseignement qu'elle dispense, les diplômes auxquels elle fait accéder; mais surtout elle construit la cathédrale : aider des jeu­nes à se trouver eux-mêmes dans un monde mouvant et difficile et à construire leur personnalité. Elle ne fait en cela que rester fidèle à la ligne de conduite qui est la sienne depuis un peu plus de 50 ans (la maison a été fondée en 1929) et à celle vieille de près de 4 siècles de la Congrégation Notre-Dame.

 

 

Document sans nom

BTS d'Action Commerciale - 1989

En 1989 l'Etablissement ouvre une préparation au BTS d'Action commerciale.